Tout savoir sur la perte de mémoire après 60 ans

Temps de lecture : 8 minutes Vous souffrez de perte de mémoire et vous avez besoin de mieux comprendre vos troubles ? Symptômes, prise en charge, traitements, conseils… Suivez le guide !

3 % des seniors de plus de 65 ans souffrent de démence, c’est-à-dire d’un déclin mental suffisamment intense pour altérer leur qualité de vie. Compte tenu des lourdes conséquences qui résultent de ce type d’amnésie, il est crucial d’être correctement informé sur cette notion de perte de mémoire. Alors, quels sont les symptômes liés aux troubles de la mémoire ? Comment réagir ? Quels sont les traitements et les activités efficaces pour retarder ces trous de mémoire intempestifs ? Réponses imminentes !

Quels sont les signes de la perte de mémoire ? 

Les différents signes d’une perte de mémoire

En matière de perte de mémoire, nombreux sont les signes qui peuvent vous alerter. Vous pouvez avoir de grandes difficultés à vous souvenir du repas de ce midi (perte de mémoire à court terme). Vous pouvez aussi avoir des difficultés à vous remémorer le nom de votre groupe de musique favori lorsque vous étiez jeune (troubles de la mémoire à long terme). Il est également possible de souffrir de trous de mémoire à court et long terme de manière simultanée.

Selon les cas, la perte de mémoire peut survenir soudainement ou progressivement. Certains souffrent de trous de mémoire de manière occasionnelle, tandis que d’autres sont touchés par ces difficultés de façon récurrente. 

Les signes d’oublis bénins et le fonctionnement du cerveau

Évidemment, la frustration engendrée par l’oubli d’une information est particulièrement désagréable. Surtout lorsque cet oubli a des conséquences néfastes sur notre vie quotidienne. Pour autant, il faut garder à l’esprit que l’oubli est un phénomène naturel, qui n’est pas forcément lié à une maladie (Alzheimer par exemple). 

Dans la vie quotidienne, chaque personne est confrontée à une quantité colossale d’informations. A l’image d’un antivirus dont la mission est de supprimer les fichiers indésirables pour fluidifier la navigation sur un ordinateur, notre cerveau effectue un tri automatique pour conserver les informations les plus utiles à notre quotidien. 

Quels signes doivent nous alerter sur les problèmes de mémoire ?

Toutefois, en matière de perte de mémoire, l’inquiétude doit monter d’un cran si vous constatez un ou plusieurs des signes suivants : 

  • Vous avez des difficultés à accomplir des activités que vous connaissez pourtant par cœur
    • Vous avez fréquemment des sauts de concentration et d’attention
    • Votre niveau de conscience connaît des fluctuations 
    • Vous souffrez de symptômes liés à la dépression : perte d’appétit, troubles du sommeil, difficultés à parler, idées suicidaires… 

Pourquoi je souffre de trous de mémoire ? 

Peu importe l’intensité de la perte de mémoire, de nombreuses causes peuvent expliquer vos troubles. 

Le premier groupe de facteurs est lié à la qualité de vie, comme : 

  • Un sommeil perturbé : insomnie chez la personne âgée, apnée du sommeil… ;
    • Un état de stress, d’anxiété ou de dépression ;
    • Une mauvaise hygiène de vie : consommation excessive d’alcool, de tabac, de drogues, carences en vitamines… ;
    • La prise de médicaments : antidépresseurs, anxiolytiques, somnifères…

En dehors de la qualité de vie, sachez que les troubles de la mémoire sont parfois des signes avant-coureurs d’une maladie cognitive : 

  • Infection du cerveau : encéphalite, méningite 
    • Tumeur cérébrale 
    • Maladie vasculaire cérébrale 
    • Maladie de Parkinson 
    • Sclérose en plaques 
    • Maladie d’Alzheimer ou maladies apparentées (démence vasculaire, démence à corps de Lewy…) 

Comment réagir face aux trous de mémoire ? 

La perte de mémoire ne concerne pas uniquement les personnes d’un âge avancé. Ce phénomène peut se déclarer à tout âge, notamment lors de périodes de fatigue intense, de stress, d’anxiété ou de dépression.

Bien entendu, le vieillissement est susceptible d’altérer certaines capacités cognitives, dont la mémoire. Il est donc tout à fait logique d’être confronté à des pertes de mémoire de façon épisodique. Il ne faut donc pas s’inquiéter outre mesure en liant à tout prix ces oublis à une pathologie particulière, comme la maladie d’Alzheimer.

Cela étant dit, lorsque les troubles de la mémoire sont récurrents et s’accompagnent d’autres symptômes, il est fortement recommandé de consulter un médecin où. En cas de danger imminent, de contacter un numéro d’appel d’urgence. 

Contactez le 112 ou le 15 en cas de perte de mémoire soudaine

Une perte de mémoire instantanée exige de réagir avec la plus grande réactivité. En effet, ce type de troubles peut constituer un symptôme d’une maladie plus grave, comme un accident vasculaire cérébral (AVC) ou une crise d’épilepsie. 

Pour vous aider à y voir plus clair, voici une liste non exhaustive des événements qui justifient de composer un numéro d’appel d’urgence : 

  • Engourdissement du visage : impossibilité de sourire, lèvre tombante…
    • Paralysie ou engourdissement d’un membre du corps 
  • Problèmes pour s’exprimer normalement ou pour comprendre un interlocuteur 
  • Maux de tête intenses ou forte pression au niveau du cerveau
  • Perte d’équilibre temporaire ou durable 
  • Problèmes de vue : perte de la vue d’un œil ou vision troublée 
  • Perte de repères dans le temps et l’espace 
  • Troubles de la conscience, de l’attention et/ou de la concentration
  • Convulsions 

Dans ces cas, le premier réflexe à adopter est de contacter le 15 ou le 112 : 

En cas de détresse vitale, contacter le 15 reste la meilleure option si vous vous trouvez en France au moment de l’incident. Un assistant de régulation médicale prendra votre appel pour savoir si l’urgence vitale est avérée. Si c’est le cas, ce dernier vous mettra en relation avec un médecin régulateur qui vous posera un certain nombre de questions sur votre perte de mémoire. À l’issue de ce bref entretien, cet expert de la régulation médicale décidera de la prise en charge optimale.

Le 112 est un numéro d’urgence unique mis en place au sein de l’Union européenne qui permet aux voyageurs et aux expatriés de se faire accompagner en cas d’accident. D’autres pays non-membres de l’UE (Islande, Suisse, Liechtenstein, Norvège) sont également des zones où il est possible de composer le 112. 

Contactez votre médecin traitant en cas de perte de mémoire progressive

Vous vous demandez si votre proche doit consulter un médecin ? Vous souffrez vous même de trous de mémoire qui prennent de l’ampleur au fil du temps ? Dans ce cas, le célèbre adage « mieux vaut prévenir que guérir » prend tout son sens. Même si vous estimez que votre état de santé ne justifie pas de consulter votre médecin traitant, mieux vaut en avoir le cœur net.

Dans le meilleur des cas, vos trous de mémoire sont bénins : votre médecin sera rassurant et vos doutes pourront se dissiper. Dans le pire des cas, ce dernier trouvera la cause de votre perte de mémoire et vous orientera vers une prise en charge adaptée à votre situation. 

En outre, il est fortement recommandé de consulter votre médecin traitant lorsque vos troubles de la mémoire : 

  • Sont persistants ou fréquents ;
  • S’accompagnent de symptômes liés à la dépression (anxiété généralisée, idées noires…) ;
  • Entraînent des difficultés voire l’impossibilité de réaliser certaines tâches quotidiennes (faire ses courses, se laver…) ;
  • Rendent difficiles le fait de lire, de parler, de comprendre vos proches ou de calculer de tête ;
  • Provoquent des pertes d’objets répétés.

Troubles de la mémoire : comment se déroule la consultation chez le médecin traitant ? 

Il est légitime de s’inquiéter lorsque l’on consulte un médecin pour un problème aussi handicapant qu’une perte de mémoire. Pour vous aider à sauter le pas, voici les étapes que votre médecin traitant respectera lors de sa prise en charge : 

  1. Le questionnement général. Pour avoir une idée de l’intensité de vos trous de mémoire, le médecin vous questionnera sur la date de survenance de vos premières pertes de mémoire, leur évolution, leur fréquence et leurs conséquences sur votre vie quotidienne. 
  • Le bilan mémoire. Pour aller plus loin dans la compréhension, votre médecin traitant réalisera un bilan mémoire. Ce dernier consiste à vous poser une série de questions d’ordre personnel (date de naissance, emplois occupés au cours de votre vie…) mais aussi sur l’actualité. Ce bilan lui permet de tester votre mémoire à court et à long terme, ainsi que vos capacités d’attention et de concentration.
  • La prise en charge : en fonction de son diagnostic, le médecin traitant vous proposera de réaliser des tests complémentaires (scanner, IRM, bilan sanguin) pour être certain que vos symptômes n’ont pas de lien avec une maladie cognitive. Aussi, si besoin, ce dernier vous orientera vers un neurologue. 

Quels traitements pour soulager la perte de mémoire ? 

Malheureusement, il faut savoir qu’il n’existe pas de traitement miracle pour soigner directement la perte de mémoire. Cela étant dit, des traitements efficaces existent pour soigner les causes de vos pertes de mémoire, à condition que ces causes soient identifiables. En fonction de la nature de ces causes, les actions suivantes seront entreprises : 

  • Supprimer la prise de certains médicaments s’il est avéré que ces derniers sont responsables de vos trous de mémoire 
  • Aider le patient à retrouver un sommeil de qualité (traitement pour supprimer les apnées du sommeil par exemple) 
  • Orienter le patient vers une prise en charge psychologique si la perte de mémoire résulte d’une période de stress trop intense, de troubles de l’anxiété ou d’une dépression 

Le médecin vous délivrera de précieux conseils pour stimuler votre mémoire. En matière d’ alimentation pour la mémoire par exemple, certains nutriments sont bénéfiques pour optimiser ses facultés de mémorisation et favoriser sa concentration. C’est le cas entre autres, des oméga 3, des oligoéléments, des antioxydants, de la vitamine B1 et du zinc.

 Quels exercices pour soigner les trous de mémoire ? 

Pour stimuler ses capacités cognitives et sa mémoire en particulier, il convient de respecter les 2 piliers suivants : 

D’abord, adopter une excellente hygiène de vie pour améliorer sa mémoire après 60 ans. Il faut éviter les substances nocives pour le cerveau (alcool, tabac, drogues), avoir une alimentation saine et équilibrée, pratiquer une activité physique régulière. De nombreux sports doux existent tels que la marche active, le yoga pour senior, la gym pilate ou encore l’aquagym.

Ensuite il faut continuer de stimuler et d’entraîner votre cerveau. La mémoire n’est ni un organe, ni un muscle, mais une faculté. Il ne s’agit donc pas de muscler sa mémoire, mais de la développer. Par exemple, pour allier l’utile à l’agréable, vous trouverez de nombreux exercices de mémoire à imprimer pour personnes âgées sur internet. Malgré leur nom, ils peuvent être bénéfiques à tout âge 😉

Exemples d’activités pour travailler sa mémoire

Il existe d’ailleurs mille et une façons de développer sa mémoire et ce, avec ou sans les nouvelles technologies, seul(e) ou en groupe. Voici un petit top 5 des activités pour rester intellectuellement au sommet de votre forme, peu importe votre âge : 

  1. Faire des exercices de calcul mental. Sans vous aider d’un papier, d’un crayon, ou de la tablette de votre petit-fils 😉 Mettez vous au défi et tenter de résoudre des calculs alambiqués comme « ajoutez 3 fois le chiffre 3 à 345 puis retirez 3 fois le chiffre 7 au résultat obtenu ». Vous n’avez rien compris ? C’est normal… peu importe la règle fixée, c’est vous qui décidez !
  • La mémoire des listes. Ecrivez une liste sur un bout de papier (de courses, de tâches à réaliser dans la maison…) et essayez, une heure plus tard, de réécrire tous les éléments de la liste. Je vous le concède, mis à part pour quelques fanatiques des listes, cette activité n’a rien de très exaltant… Mais descendez, ça arrive ! 
  • Jouer aux cartes. Vous vous rappelez votre dernière partie de cartes (ce qui est déjà un exercice de mémoire en soi…) ? Les jeux de cartes constituent un moyen ludique de prévenir les troubles de la mémoire. La belote et le poker (à condition de ne pas observer votre paire d’as trop souvent !) en sont de parfaits exemples. De plus, les interactions sociales sont bénéfiques pour la mémoire et la concentration. Alors, ne boudez pas votre plaisir et organisez des événements jeux à faire en famille !
  • Pratiquer le Tai Chi, le Qi Gong ou le yoga : ces trois disciplines n’agissent pas directement sur la perte de mémoire. Cependant, l’apprentissage et la pratique régulière de ces sports doux offrent des conditions optimales pour renforcer votre mémoire ; (réduction du stress, amélioration de la qualité de sommeil, stimulation cognitive…).
  • Utiliser sa main « faible ». Les preuves scientifiques manquent à l’appel pour étayer cette théorie. Toutefois, utiliser sa main gauche si vous êtes droitier et inversement est un exercice simple pour travailler votre attention, votre coordination et, in fine, envoyer au diable les trous de mémoire intempestifs ! 

Retarder les troubles de la mémoire : de nombreuses pistes à explorer !

Vous êtes à la recherche d’autres idées pour retarder votre perte de mémoire en stimulant vos capacités cognitives ? 

Sachez que les possibilités sont infinies : des jeux pour la mémoire aux meilleures applications pour la mémoire en passant par les fiches atelier mémoire, vous n’avez que l’embarras du choix ! Alors, à vous de jouer !

Retour haut de page